L’EFT à l’école

Une expérience EFT en classe

Le témoignage de Christine Metawati

J’ai eu l’occasion d’enseigner l’EFT à un groupe d’enfants de sixième à l’école de ma fille. Quelle expérience délicieuse et révélatrice ! Les enfants formaient un public enthousiaste et furent étonnamment ouverts à l’apprentissage d’un outil nouveau et bizarre qui allait les aider à passer de « Beurk à Chouette » !

La première semaine

Partie 1 : introduction au système énergétique humain en utilisant des aides auditives, kinesthésiques et visuelles.

EFT EcoleL’aide auditive : j’ai commencé par faire marteler chacun sur la clavicule et la poitrine. Je les ai invités a crier «Aaaaaaah » comme un cri de Tarzan, permettant à leur voix de sonner clairement et fortement. Cela, par lui-même, était un moyen puissant de relâcher les tensions retenues dans le corps. Les enfants ont ressenti l’augmentation de leur énergie. Ils furent immédiatement plus présents, énergisés et impatients d’apprendre.

L’aide kinesthésique : inspirée par l’article de Don, j’ai demandé plusieurs volontaires pour démontrer les effets des pensées et des émotions sur le corps. J’ai demandé à un volontaire de dire quelque chose de vrai, comme son nom ou son âge, tout en étendant l’un de ses bras ; alors j’ai doucement pressé vers le bas sur son bras étendu (tests musculaires). Les enfants furent témoins que le bras sur lequel j’appuyais tenait bon. Ensuite j’ai invité le volontaire à dire quelque chose de faux, et de nouveau j’ai pressé sur son bras étendu, vers le bas. Son bras est devenu faible. Les enfants ont adoré cet exercice. Nous avons fait cela avec des pensées positives et négatives, avec quelque chose qu’ils aiment et quelque chose qu’ils n’aiment pas (choisir la nourriture, cela marche bien). L’idée était de montrer aux enfants que leur corps répond à leurs pensées et à leurs émotions.

Ensuite j’ai introduit le concept de Chi ou de force de vie qui coule à travers nous et nous anime. En plaisantant, je leur ai demandé : si je devais tomber morte immédiatement, quelle partie de moi serait-elle partie ? J’ai expliqué qu’il y a une force de vie qui coule à travers moi pendant que je suis vivante et que quand je suis morte, la force de vie s’arrête simplement de couler à travers moi.

L’aide visuelle : j’ai coupé un citron en deux et j’ai pressé le jus d’une des deux moitiés. Ensuite, en montrant le citron pressé, j’ai demandé aux enfants si j’obtiendrais autant de jus de ce citron pressé que j’en obtiendrais d’un citron fraîchement coupé. Ils sont tous clairement vu que je ne pourrais pas. J’ai expliqué que quand nous sommes fatigués, épuisés, surmenés, stressés, malades, quand nous nous sentons pas bien du tout, effrayés ou tout noués à l’intérieur, nous nous sentons beaucoup comme le citron pressé. Il ne nous reste pas grand-chose à donner.

Les enfants ont été rapides à voir l’importance qu’il y a à nous recharger, à prendre soin de nous-mêmes, à enlever nos nœuds et nos inconforts, pour que nous nous sentions de nouveaux pleins de « jus ». À ce moment-là, je leur ai proposé à tous d’apprendre une nouvelle manière de se recharger et de remplir leur système d’énergie pour qu’ils puissent refaire le plein avec l’EFT. Ils étaient tous enthousiastes à l’idée d’apprendre.

Partie 2 : enseigner la mécanique de l’EFT

A l’aide d’une diapositive montrant le Système des Méridiens Chinois, j’ai montré les chemins des différents méridiens qui passent à travers le corps et j’ai parlé brièvement de l’acupuncture comme un art de guérison qui remonte à plusieurs milliers d’années. Je leur ai dit comment l’acupuncture avait été très utile pour aider les gens à se soigner en éliminant les blocages et les déséquilibres dans les chemins des méridiens.

A l’aide d’une diapositive montrant les points de tapotements de l’EFT (la version courte :le Point Karaté, les points du visage et sous le bras, plus le sommet de la tête) je les ai guidés sur les points de méridiens.

J’ai expliqué le concept de yin et de yang. Comment toute la nature recherche d’équilibre et prospère quand l’équilibre est atteint. J’ai expliqué l’affirmation de l’inversion psychologique comme un processus de rééquilibration. Dans la première partie de l’affirmation, nous reconnaissons le problème ; puis dans la deuxième partie de l’affirmation, nous acceptons et reconnaissons ce qu’il y a de bon en nous. J’ai utilisé l’affirmation simple : même si je — n’importe quel problème –, je suis un garçon/une fille bien. Je leur ai expliqué qu’ils pouvaient créer n’importe quelle affirmation positive qui semblait la plus efficace pour eux.

Partie 3 : expérimenter l’EFT en tapotant en groupe

J’ai demandé aux enfants un sujet à tapoter en groupe et ils ont choisi : « les devoirs à la maison, ça craint » comme titre de leur sujet. J’ai fait le tour de la classe et je leur ai demandé leur niveau d’intensité à l’idée de faire les devoirs à la maison. Ils ont généralement estimé l’intensité entre 8 et 10. Pendant nos tapotements, de nombreux aspects intéressants sont apparus :

J’ai toujours à faire des choses que je ne veux pas faire.

 J’aimerais mieux faire autre chose mais je n’ai pas le choix.

Je me sens en colère et fatigué.

Je n’ai pas beaucoup de liberté.

J’ai expliqué que j’aimerais tapoter des rondes positives également. Alors nous avons tapoté :

Et si je pouvais me détendre au sujet des devoirs à la maison ?

Et si je pouvais développer une nouvelle attitude au sujet des devoirs à la maison ?

Et si les devoirs à la maison n’étaient pas créés pour limiter ma liberté mais  pour construire ma force ? (j’ai pu ressentir la résistance, là…)

Et si je pouvais simplement trouver un moyen de faire mes devoirs qui me semble facile et relaxant ?

Et si le travail à la maison pouvait être amusant ? (certains sourcils incrédules se sont levés, mais ils ont tapoté avec diligence quoi qu’il en soit…)

À la fin de plusieurs rondes, j’ai vérifié les niveaux d’intensité. Seulement quatre enfants ont expérimenté un changement sur ce sujet sur une classe de 31. Tandis que je me sentais désappointée, j’ai lâché prise, me rappelant que même si une seule personne dans la classe bénéficiait de l’EFT j’aurai accompli ma mission !

Comme cadeau avant de partir, j’ai donné à chacun d’eux une carte imprimée avec l’image des points de tapotements de l’EFT sur le visage et sur la tête et avec un exemple de l’affirmation.

La deuxième semaine

Une semaine plus tard, je suis retourné dans la classe, où m’attendait des visages intéressés et impatients. Je leur ai demandé s’ils avaient eu une opportunité d’utiliser l’EFT et comment ils avaient expérimenté leurs devoirs à la maison depuis les tapotements de la semaine précédente.

Une fillette a indiqué qu’elle avait tapoté quand son frère l’avait embêtée et qu’elle s’était sentie mieux. Elle était vraiment contente d’avoir cet outil. Une autre fille a dit qu’après les tapotements de la semaine précédente sur le travail à la maison, elle avait fait plus de travail à la maison qu’elle n’en avait besoin et avait trouvé qu’elle était heureuse de le faire.

Dans cette seconde séance d’EFT j’ai expliqué les bénéfices de l’utilisation de l’EFT pour booster les performances et pour aider à relâcher l’anxiété d’événements à venir, comme les examens. Je leur ai donné plusieurs exemples de la façon dont l’EFT peut neutraliser la peur qui empêche de réaliser son plein potentiel. Nous avons fait du tapotage en groupe de nouveau. Cette fois-ci j’ai demandé à chacun d’eux d’écrire ce qui les inquiétait dans les jours à venir, et d’en mesurer l’intensité.

Nous avons tapoté avec la phrase générique : même si j’ai ce problème je suis un enfant super de toute façon et je suis ouvert à l’idée de me sentir détendu et en paix. Après une ronde certains enfants ont remarqué que leur intensité avait baissé. Nous avons fait deux autres rondes et j’ai pris le pouls du groupe de nouveau. Plusieurs d’entre eux ont dit qu’ils se sentaient très détendus. Certains enfants ont expérimenté un soulagement complet tandis que d’autres non. Je suspecte que c’est parce qu’ils avaient posé un problème global.

J’ai expliqué que les émotions négatives font partie de la vie et que relâcher les émotions négatives nous donne accès à nos états d’être les plus puissants.

Deux jours après la dernière présentation à la classe, je fus surprise quand on m’a apporté une pile de mots de remerciements qu’ils avaient écrits. Je n’attendais rien d’eux alors j’ai été très émue et profondément touchée par leur geste d’appréciation.

Voici quelques mots de la classe :

  • Merci de nous avoir appris l’EFT. Cela m’a beaucoup aidé quand je ne voulais pas faire mon travail à la maison.
  • Merci beaucoup d’être venue dans notre classe et de nous avoir enseigné l’EFT. Je l’ai beaucoup utilisé quand j’étais ennuyé ou effrayé. J’ai particulièrement aimé l’activité avec le jus de citron. Je trouvais que c’était beaucoup plus facile à comprendre quand vous utilisiez des aides visuelles. Vous aviez dit que vous vous sentiez effrayée avant de donner notre premier cours. J’apprécie que vous soyez venue même si vous vous sentiez comme ça.
  • Merci, Christine, de nous avoir montré l’EFT. Nous avons eu un test dans l’après-midi et l’EFT m’a vraiment aidé.
  • Merci d’être venue dans notre classe pour nous apprendre l’EFT. J’ai appris beaucoup sur la façon de me calmer. Le tapotement marche vraiment. Par exemple, une fois, je regardais à notre allée de garage et je la trouvais laide. J’ai fait les tapotements et elle n’avait plus l’air aussi laide.

De la part du professeur principal :

  • EFT – cela a marché pour moi au niveau personnel… Merci beaucoup ! J’ai simplement adoré la façon dont l’un des enfants est venu me voir pour partager ceci avec moi : « J’ai montré l’EFT à ma maman, et maintenant quand elle se sent stressée par son travail, elle tapote. Elle a même fait une copie de ma petite carte d’EFT. »  J’étais tellement excitée par la façon chaleureuse dont les enfants ont pris l’EFT et expérimenté pour eux-mêmes cet outil  exceptionnel !

Christine Metawati

Share This